Les activités d’AMADE Internationale poursuivies en 2018 en RDC, avec l’appui de la SOFIBANQUE

vta002-1
fondation-panzi-1


Les activités d’AMADE  Internationale poursuivies en 2018 en RDC, avec l’appui de la SOFIBANQUE.

Depuis 2018, la SOFIBANQUE soutient l’ONG AMADE-Internationale dans ses actions qu’elle exerce en République Démocratique du Congo. Grâce à l’appui de la SOFIBANQUE, l’AMADE a contribué au programme “Dignité pour les femmes” et plus particulièrement à trois projets conduits dans le pays:

 
Ainsi dans le Sud-Kivu, l’AMADE  a assisté la Fondation Panzi, créée par le co-lauréat du Prix Nobel de la Paix 2018, le Docteur Denis Mukwege, dans le cadre du projet d’accompagnement des enfants survivants de violences sexuelles. Ce projet bénéficie non seulement à 100 enfants survivants de violences sexuelles actuellement scolarisées, mais également à leurs parents, bénéficiaires d’activités génératrices de revenus, leur permettant à terme, de subvenir aux besoins de leurs enfants.

A Kinshasa, l’AMADE et le Centre Vivre et Travailler Autrement (VTA), se sont engagés au profit des jeunes filles accusées de sorcellerie, accueillies prises en charge et accompagnées dans leur processus de réinsertion. Ainsi 30 jeunes filles, résidant dans le  centre, bénéficient d’une prise en charge intégrale et 20 jeunes filles, réinsérées, d’un appui pour leur scolarisation.

Au-delà de la prise en charge de ces bénéficiaires, l’AMADE accompagne le Centre VTA au travers du renforcement des compétences  des équipes, grâce à l’expertise apportée par son partenaire philippin, l’Association ACAY. En effet celle-ci dispose d’une expertise reconnue dans les domaines de la prise en charge et de la réintégration des jeunes, en situation de vulnérabilité aux philippines.
Ce renforcement des compétences a vocation, pour le  Centre VTA à:
– Développer une réelle expertise en matière de prise en charge et réinsertion des jeunes filles accusées de sorcellerie.
– Se positionner comme un acteur de référence en RDC, capable de partager ce savoir-faire à la fois avec la société civile et les institutions publiques.
– Enfin, être à même de mobiliser et diversifier ses partenaires financiers.